En Irak, les manifestations continuent malgré la démission annoncée du Premier ministre

213
146 Partages, 213 points

La contestation populaire contre le système politique ne faiblit pas en Irak, malgré l’annonce du Premier ministre Adel Abdel Mahdi de son intention de démissionner.

L’Irak, en proie à des manifestations et des violences depuis le 1er octobre qui ont déjà fait plus de 420 morts et quelque 15.000 blessés.

Vendredi, Adel Abdel Mahdi, en fonction depuis un an, a annoncé qu’il allait « soumettre au Parlement une lettre formelle dans laquelle il exprime [son] intention de démissionner, afin que l’Assemblée puisse revoir ses choix ».  

Malgré l’annonce du Premier Ministre, les Irakiens ont continué ce samedi de manifester à Bagdad et dans le sud de l’Irak, assurant qu’ils maintiendraient leurs campements et blocages des routes jusqu’au départ de « tous les corrompus ».

Des centaines de manifestants ont convergé samedi vers un campement installé sur une place du centre de Nassiriya (sud) où depuis deux mois les manifestants conspuent le pouvoir à Bagdad.

Par ailleurs, les Irakiens réclament une nouvelle Constitution et, surtout, un renouvellement complet d’une classe politique qu’ils jugent incompétente et qui a fait s’évaporer en 16 ans l’équivalent de deux fois le PIB du deuxième producteur de l’Opep.


PARTAGEZ AVEC VOS AMIS !

213
146 Partages, 213 points

Send this to a friend