Mobilisation après l’arrestation du journaliste et militant Omar Radi

193
128 Partages, 193 points

Le journaliste et militant des droits humains marocain, Omar Radi, a été placé en détention, jeudi 26 décembre, pour un tweet dénonçant une décision de justice, selon son avocat, Maître Saïd Benhammami. 

Convoqué dans la matinée du jeudi 26 décembre par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), le journaliste et militant Omar Radi, âgé de 33 ans, a été placé en détention puis présenté le soir même devant le tribunal de première instance d’Aïn Sebaâ. Les poursuites ont été engagées selon l’Article 263 du Code pénal qui punit d’un mois à un an de prison « l’outrage à magistrat », selon sa défense.

A cet effet, deux avocats, Me Omar Bendjelloun et Me Said Benhamani, commis par l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), l’ont assisté lors de sa comparution. Ils ont plaidé pour que le journaliste, même en cas de poursuites prononcées à son encontre, soit relâché. En vain.

Rappelons que Omar Radi avait déjà été entendu une première fois par la police judiciaire en avril et une enquête avait été ouverte.

Par ailleurs, son arrestation a provoqué une vague d’indignation. Depuis jeudi soir, ils ont été de plus en plus nombreux à dénoncer ces poursuites. Sur Facebook et Twitter, des pages de soutien au journaliste marocain ont été créées sous le nom de « Free Omar Radi » afin de partager des informations, relayer des articles et fédérer une communauté de soutien autour du journaliste.

La première fois qu'Omar a été convoqué au sujet de ce tweet, c'était en avril 2019. Voila ce qu'il avait rapporté, à sa…

Publiée par Free Omar Radi sur Jeudi 26 décembre 2019

Plusieurs personnalités publiques et politiques ont également condamné le procès du journaliste. En effet, le hashtag #FreeOmarRadi est premier des tendances au Maroc.

اعتقال الصحافي عمر الراضي، لا لشيئ سوى لانه كتب تدوينة ينتقد فيها الاحكام التي عوقب بها معتقلوا حراك الريف !!!#حرية_التعبير #FreeOmarRadi

Publiée par ‎PSU الحزب الإشتراكي الموحد‎ sur Jeudi 26 décembre 2019

Par ailleurs, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a publié un communiqué à travers lequel l’organisation dénonce l’arrestation du journaliste Omar Radi et sa poursuite sur la base du code pénal, en demandant ainsi sa libération immédiate.

 

 

 


PARTAGEZ AVEC VOS AMIS !

193
128 Partages, 193 points

Send this to a friend