Un an de prison ferme pour Hajar Raissouni et son fiancé, 2 ans pour le médecin

204
137 Partages, 204 points

Interpellée fin août, la journaliste Hajar Raissouni a été condamnée, ce lundi, à un an de prison ferme par le tribunal de Rabat pour « avortement illégal par voie de consentement par autrui » et « rapport sexuel hors mariage ».

Dans cette même affaire, le tribunal a prononcé quatre autres condamnations :

– Rifaat al-Amin, son compagnon soudanais également poursuivi pour « rapport sexuel hors mariage » et « complicité dans un acte d’avortement illégal » a été condamné à la même peine sa fiancée.

-Le gynécologue obstétricien Mohamed Jamal Belkeziz a écopé d’une peine plus lourde, soit deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 dirhams pour « pratique régulière d’avortements » avec interdiction d’exercer la médecine pour une durée de deux ans, période à courir après avoir purgé sa peine.

-Mohamed Baba, le réanimateur et la secrétaire du cabinet médical, Meryem Azalmat, ont, quant à eux, écopé respectivement d’un an d’emprisonnement avec sursis et huis mois de prison avec sursis pour « complicité dans un acte médical non autorisé ».

Pour rappel, la journaliste d’Akhbar Al Yaoum, âgée de 28 ans, avait été arrêtée samedi 31 août par la police alors qu’elle quittait le cabinet de son gynécologue à Rabat “où elle s’était rendue d’urgence pour une hémorragie”, affirmait sa défense.

“Elle a par la suite été menée par la police au CHU de Rabat où elle a subi, contre son gré et en dehors de toute procédure légale, une ‘contre-expertise’ médicale d’une extrême violence afin de lui faire avouer des actes qui relèvent de sa vie privée et qu’elle n’a en l’occurrence pas commis”, poursuivait la défense de la jeune femme.

Selon le contre-examen médical diligenté par la police, la jeune femme a subi un avortement.


PARTAGEZ AVEC VOS AMIS !

204
137 Partages, 204 points

Send this to a friend